« L’avare » (Molière)

Olala, tout d’abord, je m’excuse de mon absence depuis un mois mais je suis de retour et aujourd’hui avec un classique :)

couv27318756

On connait tous plus ou moins Molière, c’est un auteur dont on a tous lu au moins une pièce durant notre scolarité. Suite à une panne de lecture, j’avais envie d’une pièce comique qui me ferait passer un bon moment de lecture. C’est Molière alors ça passe tout seul. Cependant, je m’attendais à rire plus avec L’avare. Tartuffe m’avait fait rire et m’a laissé un bon souvenir. J’aurais aimé retrouver cela avec L’avare. Bien que ce soit une pièce très réussie et très plaisante à lire, il manquait cette petite dose d’humour que j’aime chez Molière.

C’est pourtant une comédie et dans une comédie, on retrouve toujours beaucoup de quiproquos. La manipulation dans cette pièce est bien travaillée également. Pour faire court, le personnage principal, Harpagon est avare, beaucoup trop avare. L’argent est ce qui compte le plus pour lui. Ce personnage est très bien travaillé par Molière, nous avons un portrait plutôt réussi. Dans cette pièce, on retrouve également les enfants d’Harpagon, Cléante et Elise qui eux tout au long se battent pour la personne qu’ils aiment et contre l’avarice de leur père. En effet, Elise aime Valère mais son père souhaite la marier à Anselme, un vieux mais riche seigneur. Puis, Cléante lui, aime Marianne mais Harpagon a pour projet d’épouser Marianne lui même. Vous voyez le problème…

C’est une pièce très intéressante qui se lit très vite. C’est toujours impressionnant comme une pièce de théâtre arrive à être riche malgré son petit nombre de pages. Probablement pas la meilleure de l’auteur mais que je conseille quand même pour le portrait peint de l’avare, un homme qui jusqu’au bout de cède rien.

« Tous les hommes sont semblables par les paroles; et ce n’est que les actions qui les découvrent différents. »
Publicités