« Premier amour » (Joyce Carol Oates)

book_267Il va être difficile de dire ce que j’ai ressenti avec ce livre. C’est un roman dérangeant et troublant. Je n’ai pas détesté du tout, l’ambiance dans ce livre est malsaine et on peut ressentir un malaise face à cette lecture. En effet, nous sommes face à un conte gothique de cent pages. L’auteure, si vous ne la connaissez pas, aime surprendre et choquer son lecteur. Et Premier amour ne dément pas à la règle.

Nous avons affaire à une petite fille de onze ans, surnommée Josie. Cet été, elle s’installe avec sa mère dans la maison de sa grande tante Esther. Dans cette maison, se trouve également un cousin de Josie, prénommé Jared Jr, âgé de vingt-cinq ans. L’histoire nous est racontée du point de vue de la petite fille « L’été de mes onze ans, ma mère s’est enfuie avec moi », ce qui explique que le style soit très simple et très accessible mais il n’est pas non plus jeunesse pour autant. Ce que j’ai beaucoup apprécié.

L’histoire se base beaucoup sur les relations familiales. La relation mère/fille est assez spéciale, la mère de Josie ne la ménage pas et nous constatons qu’elle souhaite la préparer aux difficultés de la vie. J’ai apprécié beaucoup de passages où la mère s’exprime avec justesse  « – Jared est malade? Il va mal ? – Malade ? C’est quoi malade ? Qui va bien ? Crois tu vraiment que, si l’on nous examinait attentivement, l’une ou l’autre, nous irions bien à cent pour cent ? »
Mais, bien que la relation mère/fille soit spéciale, c’est la relation entre Josie et son cousin qui choque le plus. En effet, nous sommes face à de l’inceste. Mais pas seulement. Leur relation comprend également des douleurs physiques et morales. Le plus dérangeant est qu’il faut lire entre les lignes pour bien comprendre ce qu’il se passe. Jamais le terme « sexe » y est mentionné. Ce qui surprend également, c’est la réaction de Josie, cette petite fille inexpérimentée qui ne comprend sans doute pas tout ce qu’il se passe.

Le thème abordé à travers ce livre en plus de l’inceste est la religion, plus exactement la folie religieuse à travers le personnage de Jared. Dès le départ, le serpent par exemple est mentionné. Et comme nous le savons, le serpent c’est le mal. Ou plus exactement la tentation du mal. Le fait que Josie le voit dès son arrivée annonce qu’elle sera tentée par le mal, ce qui se vérifie ensuite avec le personnage de Jared. Nous pouvons dire aussi que ce livre montre aussi les premiers émois de l’adolescence puisque Josie aime Jared. Une petite fille qui pour cet homme, s’abandonne aux plaisirs sadiques qu’il souhaite.

Premier amour est donc un roman dérangeant, vous l’aurez compris, mais c’est du grand art. Joyce Carol Oates parvient à choquer son lecteur sans pour autant le dégoûter. C’est un livre sombre, terrible mais fascinant grâce au style de l’auteure.

Un grand merci aux éditions Philippe Rey et à l’agence Anne et Arnaud.

Lorsque l’on rompt, il faut rompre totalement, sans jamais revenir sur le passé. Il n’y a pas de « là-bas ». Il n’y a qu' »ici ». Tout comme il n’y a plus d' »avant », mais seulement « maintenant ». 
Publicités