« Qui es-tu Alaska? » (John Green)

"Ça ne me suffisait pas d'être le dernier mec qu'elle avait embrassé. Je voulais être le dernier qu'elle avait aimé. Et je savais que je ne l'étais pas. Ça m'a fait la détester."

couv13979941

Il y a bien longtemps que j’avais « banni » les romans jeunesse, pour adolescents de ma bibliothèque, de mes lectures. Je craignais le style trop simple, les histoires niaises.. Pourtant, je n’ai pas résisté à l’envie d’aller voir les films de John Green au cinéma. Et autant Nos étoiles contraires que La face cachée de Margo, j’ai adoré ! Regrettant de ce fait de ne pas les avoir lu, je me suis dis que cette fois, je ne me laisserai pas avoir. Alors, j’ai lu Qui es-tu Alaska? D’ailleurs, en cours d’adaptation. Et j’ai beaucoup aimé.

Il y a un véritable message derrière l’histoire, comme dans les autres. C’est l’histoire de Miles, seize ans qui décide de quitter le nid familial pour aller dans un internat faire ses études. Pour lui qui n’a encore jamais rien connu, c’est le début de tout. Des premières fois. Première cuite, première cigarette, premières vraies amitiés, premier amour et donc le premier qui fait mal évidemment. Mais c’est aussi première grande perte. Le livre est construit avec un compte à rebours, un x nombre de jours avant.. puis on a le jour là, et enfin, un  x nombre de jours après. Avant et après quoi ? Telle est toute la question. J’ai beaucoup aimé cette construction, il est difficile d’arrêter sa lecture car on veut connaître la raison de cet « avant ». Et une fois qu’on le connait, on ne peut s’empêcher de continuer pour voir les différentes réactions des personnages, la façon dont ils vont survivre à ça. Une lecture qui nous pousse à continuer et qui nous empêche de dormir. Ça a été mon cas.

J’ai pratiquement tout aimé du livre : tous les adolescents du roman auxquels on s’attache, le fait de pouvoir revivre ses premières fois en leur compagnie. C’est un roman qui rappelle des souvenirs. J’ai aimé aussi la façon dont le drame est traité, une chose pour laquelle on n’est jamais préparé. Le seul point négatif du roman est que la question reste mystérieuse finalement. Qui es-tu Alaska ? L’auteur a crée une adolescente très mystérieuse, se dévoilant très peu même à ses amis et jusqu’au bout, comme ses copains, on espère en découvrir plus sur elle aussi. Finalement, ça n’arrive pas ou alors pas suffisamment. On reste frustré mais comme les autres de la bande, on doit vivre avec. Ils ne sauront jamais et nous non plus. Alors c’est dommage mais ça reste un choix de l’auteur, un choix judicieux finalement.

Bref, c’est une très bonne lecture que j’ai beaucoup aimé et que je conseillerai à n’importe qui. Autant aux adolescents, qu’aux jeunes adultes venant de quitter ce stade et même les adultes qui verront probablement d’un autre oeil les faits et gestes des adolescents. John Green est un auteur que je relirai avec grand plaisir.

Publicités