« La porte des enfers » (Laurent Gaudé)

couv74398634

La porte des enfers traite un sujet difficile : Le deuil. La perte. La souffrance. Croyez-moi, il vaut mieux le lire quand vous êtes au top de la forme moralement. Mais c’est un livre à lire tout de même puisqu’au delà du thème abordé qui n’est pas joyeux, il est magnifique.

Je pense que nous savons tous ce que ça fait de perdre quelqu’un qui nous est cher, de très proche et de refuser cette perte. C’est pourquoi, nous comprenons Mattéo et sa femme lorsqu’ils perdent leur enfant de six ans à cause d’une fusillade qui a lieu dans la rue, sur le chemin de l’école. S’ensuit une longue et douloureuse descente aux enfers.

Le livre est découpé de manière intéressante. Certains chapitres racontent les années 80, de la perte de l’enfant aux cauchemars des parents. Et ils sont alternés avec les années 2000 où nous voyons Filippo, l’enfant tué, terminer la vengeance de son père. Je ne veux pas vous en dévoiler plus mais il est étonnant de voir l’enfant ressuscité, ce qui soulève des tas de questions : Comment ? Pourquoi ? Par qui ?
Je ne cache pas que le livre comporte une part de fantastique qui comme son titre l’indique est lié aux enfers. Mais croyant ou non, le livre est écrit de manière vivement impressionnante et fascinante. Avoir la possibilité de ramener à la vie quelqu’un que nous aimons. Qui n’en a jamais rêvé ? Evidemment, il y a les conséquences. C’est ce que à quoi notre héros sera confronté. C’est magistral.

Un livre grandiose où la perte est extrêmement douloureuse, où un seul pouvoir est capable de tout arranger : celui de l’amour. L’amour combattant contre la mort. Je découvre Laurent Gaudé et c’est une fabuleuse découverte.

« Nous mourons chaque fois un peu plus en perdant ceux qui nous entourent. »