« Dead Zone » (Stephen King)

Je continue la découverte de Stephen King et cette fois, c’est Dead Zone qui passe à la trappe. Publiée dans les années 70, c’est une oeuvre dont on parle moins quand on cite Stephen King.  Adaptée en film et en série, que je n’ai pas encore vu, il vaut mieux commencer par le livre, l’origine de l’histoire, d’autant que c’est extrêmement bien écrit et bien construit, comme d’habitude.

couv18214946

L’histoire de John Smith, héros de Dead Zone est profondément triste. Alors qu’il réussit dans son travail, qu’il tombe amoureux, un accident de voiture le plonge dans un coma. A son réveil, il se rend compte que malheureusement, quatre années sont passées et que sa fiancée a refait sa vie. De plus, il doit faire face au terrible don qui lui a été « offert ». A la simple présence de personnes, au toucher, il peut prédire l’avenir. Ce « don » avec lequel il va devoir réussir à vivre va lui permettre de sauver des vies et c’est l’unique avantage car en dépit, il doit affronter ce que le don lui montre, les catastrophes, les malheurs. Sans oublier le fait qu’on le prend pour un malade mental.

La manière dont Stephen King construit ses romans est toujours passionnante. Il prend le temps de mettre en place l’histoire et les personnages. John est décrit avec une telle profondeur que nous, lecteurs, sommes obligés de s’attacher à lui. Coupé en trois parties : La roue de la fortune / Le rire du titre / Notes sur l’accident,  l’histoire nous amène finalement à la politique : réussir à empêcher Greg Stillson de devenir président. Comment John Smith va t’il procéder?  La mère de Johnny déclarait que Dieu l’avait choisi pour une mission. Est-ce celle là? Son accident a complètement changé sa vie mais finalement, il a le pouvoir de changer les choses. C’est un livre intéressant psychologiquement parlant entre John qui doit faire face à son don/sa malédiction, et la possibilité d’inverser le cours des choses. Une citation du roman est d’ailleurs vivement intéressante : « Si vous pouvez utiliser la machine à remonter le temps et revenir en 1932, assassineriez-vous Hitler ? » 

Ce livre est très bon, l’histoire tellement originale et bien travaillée grâce à Stephen King qui a l’habitude de nous surprendre autant par ses idées que par la qualité de son travail.

Publicités