Citations

03064_HD

L’important, c’est de ne jamais désespérer. – Bye Bye blondie, Virginie Despentes.

La vie, c’est le mouvement, t’as pas fini de quitter des gens. – Bye Bye Blondie, Virginie Despentes.

Un véritable ami c’est quelqu’un qu’on peut appeler en pleine nuit quand on se retrouve avec un cadavre sur les bras. – Les souvenirs, David Foenkinos.

Les bonnes idées viennent la nuit pendant que les mauvaises idées dorment. – Les souvenirs, David Foenkinos.

C’est toujours étrange de se dire que l’on peut continuer à avancer, même amputés de nos amours. Les jours nouveaux arrivaient, et je leur disais bonjour. – Les souvenirs, David Foenkinos.

Mes parents s’aiment. Et pourtant, ils n’ont pas été le premier amour l’un pour l’autre. Ils se sont connus après avoir aimé d’autres gens. Peut être que je dois voyager avant de comprendre quelle est la bonne destination pour moi. Peut être que chaque fois que tu aimes, c’est la première fois. – J’ai failli te dire je t’aime, Frédérico Moccia.

La vie est une aventure avec un début décidé par les autres, une fin qu’on ne veut pas et des tas d’intermédiaires choisis complètement au hasard. – J’ai failli te dire je t’aime, Frédérico Moccia.

Il y a un moment, dans la vie, où on sait que c’est exactement le moment de franchir le pas. Maintenant ou jamais. Maintenant, ou plus rien ne sera comme avant. Et ce moment, c’est maintenant. – J’ai failli te dire oui, Frédérico Moccia.

Parfois, il suffit d’un instant pour oublier une vie, mais parfois, une vie ne suffit pas à faire oublier un instant. – J’ai failli te dire oui, Frédérico Moccia.

Le bonheur n’est pas un point d’arrivée, c’est un style de vie. – J’ai failli te dire oui, Frédérico Moccia.

Peut-être que ces histoires de bons ou mauvais amis, cela n’existe pas; peut-être n’y a t-il que des amis, un point c’est tout, c’est-à-dire des gens qui sont à vos côtés quand ça va mal et qui vous aident à ne pas vous sentir trop seul. Peut-être vaut-il toujours la peine d’avoir peur pour eux, d’espérer pour eux, de vivre pour eux. Peut-être aussi vaut-il la peine de mourir pour eux, s’il faut en venir là. Bons amis, mauvais amis, non. Rien que des personnes avec lesquelles on a envie de se trouver; des personnes qui bâtissent leur demeure dans votre coeur. – Ça, Stephen King.

Ce qui vaut la peine d’être vécu vous met forcément en danger. – Demain j’arrête, Gilles Legardinier.
Vis pour apprendre et tu apprendras à vivre. – Demain j’arrête, Gilles Legardinier.
Il y’a quelque chose de rassurant à grandir près de ses copains d’enfance. On garde le lien avec le passé, on continue ensemble. – Demain j’arrête, Gilles Legardinier.
Je ne sais pas pour vous mais, au début de ma vie, il n’y avait que deux sortes de personnes dans mon univers : celle que j’adorais et celles que je détestais. Mes meilleurs amis et mes pires ennemis. Ceux pour qui je suis prête à tout donner et ceux qui peuvent aller crever. Ensuite on grandit. Entre le noir et le blanc, on découvre le gris. On rencontre ceux qui ne sont pas vraiment des amis mais que l’on aime quand même un peu et ceux que l’on prend pour des proches et qui n’arrêtent pas de vous planter des couteaux dans le dos. – Demain j’arrête, Gilles Legardinier.
Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus; il leur en fallut le spectacle. – Acide sulfurique, Amélie Nothomb.
Il y a un proverbe arabe qui me paraît de circonstance :  » Ne baisse pas les bras : tu risquerais de le faire une heure avant le miracle. » – Acide sulfurique, Amélie Nothomb.
On ne connait jamais personne. Même les gens les plus proches de soi. – Les charmes discrets de la vie conjugale, Douglas Kennedy.
On partageait tout, bonheur et malheur. Sinon à quoi bon s’aimer. – Désolation Road, Jérôme Noirez.
Les gens qui se marient, ce sont ceux qui ont peur de ne pas s’aimer assez. – Désolation Road, Jérôme Noirez.
Tu es le plus gros gain du Loto, le remède à tout cancer, les trois voeux de la lampe d’ Aladdin. Tout cela à la fois. – Cinquante nuances plus claires, E.L James.
Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile.Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive à nous. C’est dommage, parce que nous nous sommes aimés toute notre vie. Mais, à la fin, nous ne pouvons pas rester ensemble pour toujours. – Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro.
Les souvenirs auxquels je tiens le plus, je ne les vois jamais s’estomper. – Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro.
Celui qui meurt emporte un bout de ceux qui l’aiment avec lui, et c’est à ceux qui restent d’empêcher que tout ne parte avec. – Et soudain tout change, Gilles Legardinier.
L’amour est tellement irrationnel. Il surgira peut-être de nulle part pour te tomber dessus. Demain, qui sait ? – Les amants du Spoutnik, Haruki Murakami.
_
 Je ne comprends pas très bien le désir. Tu sais, comment il survient tout ça.. Qu’est-ce que tu en penses toi? – Il n’y a rien à comprendre dans le désir. Il est là ou non, voilà tout. – Les amants du Spoutnik, Haruki Murakami
_

 Trop tard n’existe pas quand on la chance que celui qui vous aime soit encore là pour vous le prouver. – Un sentiment plus fort que la peur, Marc Lèvy

Les journées sont interminables quand la personne que vous aimez vous manque. – Un sentiment plus fort que la peur, Marc Lèvy

Nous mourons chaque fois un peu plus en perdant ceux qui nous entourent. – La porte des enfers, Laurent Gaudé

Toi seule peut me soigner. Tu es à la fois la cause et le remède. J’ai besoin de toi comme le désert a besoin d’eau. – Attentat, Amélie Nothomb

Quand on s’efforce de ne plus aimer, on commence par écarter tout ce qu’aimait l’autre. On n’efface pas seulement son souvenir, mais tout ce qu’il a légué, on se lave de toute son influence, afin qu’il n’en reste aucune trace. – Poussières, Rose Bomar.

Lorsque l’on rompt, il faut rompre totalement, sans jamais revenir sur le passé. Il n’y a pas de « là-bas ». Il n’y a qu’ »ici ». Tout comme il n’y a plus d’ »avant », mais seulement « maintenant ». – Premier amour, Oates.

Tous les hommes sont semblables par les paroles; et ce n’est que les actions qui les découvrent différents. – L’avare, Molière.

C’est quand on s’éloigne des choses les plus simples qu’on se rend compte qu’en définitive, elles ne sont pas si moches. – Le syndrôme E, Franck Thilliez.

Je ne te reproche rien. Quand on se met à aimer quelqu’un, c’est comme ça, on n’y peut rien. On aime qui on aime. – Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, H. Murakami.

Publicités

2 réflexions sur “Citations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s