« J’étais là » (Gayle Forman)

"Celle que tu appelles la meilleure moitié de toi-même n'était peut être qu'une béquille. Il est parfois terrifiant de devoir marcher sans quand on en a longtemps eu une. Si ça se trouve, ce que tu vis en ce moment n'est qu'une période d'adaptation."

"Sais-tu pourquoi mon père qualifie le suicide de pêché ? [...] Parce que c'est tuer l'espoir. C'est ça le pêché. Tout ce qui tue l'espoir en est un."

couv26918350

Tout d’abord, je remercie Babelio et son super concept de Masse Critique mais également les livres de poche pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Gayle Forman est une auteure que j’affectionne beaucoup. C’est pourquoi j’ai commencé le livre sans réelle appréhension. L’histoire commence de suite où nous découvrons la lettre de suicide que Meg a laissé à sa meilleure amie, Cody. Une nouvelle terrible autant pour la meilleure amie que pour les parents de la défunte. Accablés de chagrin, ils demandent à Cody de se rendre sur le campus universitaire où Meg était afin de récupérer ses affaires. Un voyage qui amène pleins de questions : Pourquoi ce geste ? Pourquoi personne n’a rien vu ? Pourquoi sa meilleure amie ne lui a jamais dis qu’elle allait si mal ?

Le thème du roman est douloureux et je plains les personnes qui le subissent. Rester seul sans possibilités de réponses. Sans pouvoir comprendre pourquoi. C’est ce à quoi Cody doit faire face. Sauf qu’elle va tenter de comprendre  ce geste. Elle va se mettre à fouiller la vie personnelle de Meg, ses fréquentations, ses mails etc. Jusqu’à découvrir quelque chose. Cody ira jusqu’au bout de ses recherches.

L’histoire est très bien écrite. On entre facilement dans l’histoire. J’ai aimé que ce livre traite de la mort mais aussi de la vie. La vie de ceux qui restent. L’amour, l’amitié. Mais surtout, le pouvoir d’accepter et de pardonner. Je pense que ce roman peut plaire à beaucoup. Les seuls petits bémols seraient un petit manque d’attachement aux personnages et l’histoire d’amour qui va naître m’a personnellement un peu dérangée, surtout quand on sait qui est ce garçon vis à vis de Meg. Personnellement, je ne peux pas adhérer.

L’histoire n’en reste pas moins intéressante et est très agréable à lire malgré le sujet traité par l’auteure.

Publicités

« La fabrique de doute » (Paolo Bacigalupi)

Ouuuh la vilaine! Plus d’un mois sans publications. Tapage de doigts. Il y a peu, j’ai reçu des livres de maison d’édition, d’ailleurs, je les remercie chaleureusement. En ouvrant ma boîte aux lettres, j’y ai vu un signe. Audrey. Retourne à la lecture. Et me voilà de retour avec ce livre, sortit le 8 octobre.

ob_9f0fc2_la-fabrique-du-doute

Ce qui m’a effrayé avec ce livre au départ, c’était de voir la collection « young adult ». Autrement dit, les personnages principaux sont des adolescents. J’ai toujours un peu d’appréhension quand ils s’agit d’adolescents car je crains le côté niais de l’histoire. Mais cette appréhension s’est très vite envolée. J’ai beaucoup aimé au contraire me retrouver devant des adolescents matures. Alix, le personnage principal va faire preuve de beaucoup de maturité face à son enlèvement tout d’abord puis face aux révélations qui lui seront faites sur sa famille. Elle va devoir faire un choix et tout est parfaitement travaillé et calculé. Puis, les autres personnages, ceux responsable de l’enlèvement sont eux aussi très matures. Ils expliquent les raisons, le pourquoi de cette situation. L’auteur a crée des personnages très intéressants et tous m’ont beaucoup plu.

A vrai dire, l’histoire entière est très intéressante. J’ai commencé à accrocher à partir de l’enlèvement d’Alix. Il a fallu un peu de temps pour que l’auteur réussisse à m’embarquer mais une fois dans l’histoire,  je ne l’ai plus lâchée. On a une réelle intrigue. Intrigue liée aux médicaments et à l’argent. Que feriez-vous si vous appreniez que l’entreprise pour laquelle votre père travaille maîtrise la manipulation d’informations à des fins financières ? Croiriez-vous jusqu’au bout la ou les personnes que vous aimez le plus au monde ? 

C’est un autre point intéressant de l’histoire. La famille. Alix doit affronter les terribles révélations qui lui sont faites. Elle doit faire preuve de courage, de maturité, de manipulations pour découvrir elle même la vérité et l’affronter. C’est un roman passionnant que nous livre Paolo Bacigalupi. Je découvre cet auteur avec ce livre alors je remercie la maison d’édition Aux Diable Vauvert et Anaïs de m’avoir permis cette agréable découverte. Et je vais garder l’œil ouvert sur cet auteur.

« Qui es-tu Alaska? » (John Green)

"Ça ne me suffisait pas d'être le dernier mec qu'elle avait embrassé. Je voulais être le dernier qu'elle avait aimé. Et je savais que je ne l'étais pas. Ça m'a fait la détester."

couv13979941

Il y a bien longtemps que j’avais « banni » les romans jeunesse, pour adolescents de ma bibliothèque, de mes lectures. Je craignais le style trop simple, les histoires niaises.. Pourtant, je n’ai pas résisté à l’envie d’aller voir les films de John Green au cinéma. Et autant Nos étoiles contraires que La face cachée de Margo, j’ai adoré ! Regrettant de ce fait de ne pas les avoir lu, je me suis dis que cette fois, je ne me laisserai pas avoir. Alors, j’ai lu Qui es-tu Alaska? D’ailleurs, en cours d’adaptation. Et j’ai beaucoup aimé.

Il y a un véritable message derrière l’histoire, comme dans les autres. C’est l’histoire de Miles, seize ans qui décide de quitter le nid familial pour aller dans un internat faire ses études. Pour lui qui n’a encore jamais rien connu, c’est le début de tout. Des premières fois. Première cuite, première cigarette, premières vraies amitiés, premier amour et donc le premier qui fait mal évidemment. Mais c’est aussi première grande perte. Le livre est construit avec un compte à rebours, un x nombre de jours avant.. puis on a le jour là, et enfin, un  x nombre de jours après. Avant et après quoi ? Telle est toute la question. J’ai beaucoup aimé cette construction, il est difficile d’arrêter sa lecture car on veut connaître la raison de cet « avant ». Et une fois qu’on le connait, on ne peut s’empêcher de continuer pour voir les différentes réactions des personnages, la façon dont ils vont survivre à ça. Une lecture qui nous pousse à continuer et qui nous empêche de dormir. Ça a été mon cas.

J’ai pratiquement tout aimé du livre : tous les adolescents du roman auxquels on s’attache, le fait de pouvoir revivre ses premières fois en leur compagnie. C’est un roman qui rappelle des souvenirs. J’ai aimé aussi la façon dont le drame est traité, une chose pour laquelle on n’est jamais préparé. Le seul point négatif du roman est que la question reste mystérieuse finalement. Qui es-tu Alaska ? L’auteur a crée une adolescente très mystérieuse, se dévoilant très peu même à ses amis et jusqu’au bout, comme ses copains, on espère en découvrir plus sur elle aussi. Finalement, ça n’arrive pas ou alors pas suffisamment. On reste frustré mais comme les autres de la bande, on doit vivre avec. Ils ne sauront jamais et nous non plus. Alors c’est dommage mais ça reste un choix de l’auteur, un choix judicieux finalement.

Bref, c’est une très bonne lecture que j’ai beaucoup aimé et que je conseillerai à n’importe qui. Autant aux adolescents, qu’aux jeunes adultes venant de quitter ce stade et même les adultes qui verront probablement d’un autre oeil les faits et gestes des adolescents. John Green est un auteur que je relirai avec grand plaisir.

« Pour un jour avec toi » (Gayle Forman)

couv31439053

Pour un jour avec toi de Gayle Forman est un énorme coup de coeur. Pourtant classé dans la littérature pour adolescents, j’ai tout de même été captivée et touchée par cette histoire. Allyson a dix huit ans et est américaine. Au début du roman, elle est en voyage culturel en Europe. Alors qu’elle attend la représentation d‘Hamlet de William Shakespeare , elle rencontre Willem, un jeune acteur qui lui propose d’aller le voir jouer dans la représentation de La nuit des rois de Shakespeare aussi, enchaînant une journée à Paris rien qu’avec lui pour clotûrer ce voyage en Europe.

Les personnages m’ont bien plu. Allyson est très touchante et il est facile de s’identifier à elle. Alors que c’est une fille sérieuse qui ne brave jamais les interdits, sa rencontre avec Willem lui fait prendre des risques. Willem est très mystérieux. On ne le découvre qu’au début  du roman et l’auteure ne dévoile rien sur lui. Nous en découvrirons plus dans le tome suivant puisque au contraire de celui-ci, nous aurons son point de vue. Les personnages secondaires sont également très attachants, notamment Dee, un ami d’Allyson.

L’histoire en elle même est très touchante. Le hasard, les accidents de la vie peuvent changer toute une vie. Même si c’est simple, le roman fait vivre beaucoup d’émotions. J’ai redouté le côté trop « niais » mais finalement, j’ai été transportée à Paris, à Londres, aux Etats Unis, puis à Amsterdam. L’auteur nous fait voyager tout en  nous livrant une histoire d’amour inoubliable.

Pour terminer, comment ne pas apprécier un livre où nous parlons autant de William Shakespeare ? Moi qui suis une grand fan de cet auteur, j’ai été séduite et très attentive aux cours d’Allyson à l’université.

Gayle Forman utilise une écriture simple mais très juste. Les personnages sont humains et nous nous retrouvons en eux. Un coup de coeur  pour cette histoire ! Sans parler de la fin, qui ne peut que nous laisser imaginer plusieurs scénarios possibles pour la suite! Il ne reste qu’à lire le tome suivant maintenant.

whitespoon-coeur-18300

« Traqué » (T1) de Andrew Fukuda

 

couv24569304Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il se fond parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable nature. Chaque décennie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’évènement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D’autant qu’une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu’il n’a pas le droit d’avoir. Des sentiments qui pourraient le trahir. Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Après un début long et pas spécialement prenant, j’ai fini par apprécier l’histoire et l’ambiance du livre. Je ne dis pas non plus que le début était désastreux mais il faut que l’histoire se mette en place. L’auteur place l’intrigue et tente de bien faire comprendre au lecteur de quoi il va s’agir. Gene est l’un des derniers survivants de la race humaine. Son père vient juste de succomber au début du roman et Gene est désormais seul face « aux monstres ». L’auteur n’énonce pas clairement qui sont ces monstres. Mais, le lecteur peut très facilement se faire une idée : deux crocs à la place de dents, ils ne supportent pas les rayons du soleil.. On pense évidemment à la race des vampires. Je n’aime jamais avoir affaire à des vampires mais le fait que ce n’est jamais dis clairement m’a empêché d’être gênée. Pour en revenir à l’histoire, les vampires dominent donc. Gene doit faire attention de ne pas se faire avoir. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas éternuer.. Il n’a pas le doit à l’erreur au risque d’être dévoré. Comme chaque décennie, un jeu est organisé. Ce jeu consiste à dévorer les rares humains qu’ils restent et qui sont retenus prisonniers pour ce jeu appelé « La chasse homifère ».

On se doute plutôt rapidement de ce qu’il va arriver. Gene va devoir faire un choix : dévorer les humains qu’ils restent, les personnes qui sont comme lui et continuer à faire attention pour le reste de sa vie ou s’allier avec les homiférés. J’ai trouvé l’idée du livre vraiment intéressante et captivante. On souhaite découvrir ce qu’il va arriver par la suite, ce que va faire le protagoniste. La fin de ce premier tome a retenu toute mon attention et je pense que je me laisserais séduire par la suite. Je souhaite découvrir ce qu’il va advenir des personnages et comme dans toute bonne saga, l’auteur termine de manière à laisser le lecteur sur sa faim et avec bon nombre de questions.

C’est donc un premier tome très prometteur que j’ai beaucoup aimé découvrir. Je regrette seulement le fait de ne pas m’être beaucoup attachée aux personnages. Ils ne sont peut être pas assez travaillés en profondeur et même si l’intrigue est le fil conducteur de l’histoire, il est toujours bon de connaître ses personnages. A part ce détail, je n’ai pas grand chose à reprocher à ce livre puisque Andrew Fukuda a su faire apprécier son livre à une lectrice qui n’est pas fan de ce genre de lecture d’habitude. De plus, je me suis laissée séduire par son écriture très simple et agréable. Alors oui, une bonne découverte pour moi.

Je terminerai en remerciant les Editions Michel Lafon de m’avoir envoyé ce livre et de m’avoir fait confiance. Je remercie également le site Livraddict pour son service partenariat.