« Les désarrois de Ned Allen » (Douglas Kennedy)

couv71726141

Je suis de retour avec un roman de Douglas Kennedy. Un auteur toujours agréable à lire dans toutes ses histoires. Les Désarrois de Ned Allen est lui aussi un bon livre où il fait une critique de la société américaine. Plus précisément, le monde des affaires, les personnes qui courent après l’argent. Le héros, Ned, est quelqu’un au poste important au début du roman qui va se voir tout perdre : le travail, l’argent, sa femme… A ce stade, nous serions prêt à accepter n’importe quoi pour tenter de s’en sortir.

Ce roman est une parfaite leçon, à retenir que les premières propositions ne sont pas toujours les plus honnêtes. Sans vous en dévoilez davantage, notre héros va se retrouver dans des situations difficiles et va devoir ruser pour s’en sortir.
C’est un roman intéressant, un point de vue de la société qui plaît de découvrir. Il y a de nombreux rebondissements, des manipulations, des affaires louches. Douglas Kennedy a inséré un petit thriller dans son livre et c’est plutôt réussi.

Le livre est plaisant à lire mais c’est à découvrir que si les thèmes abordés vous intéressent. Si le monde des affaires, l’argent etc ne vous intéresse pas plus que cela, il vaut mieux ne pas s’arrêter sur ce roman et découvrir cet auteur si ce n’est pas encore fait, par d’autres de ses oeuvres. Néanmoins, le duo thriller – critique de la société est réussi et donne un bon ensemble.

Une déception pour les personnages qui ne sont pas très travaillés. Douglas Kennedy est doué pour peindre des portraits de personnages attachants ou uniques et excepté le héros qui est assez attachant, les autres personnages ne resteront pas dans les mémoires et ne servent qu’à remplir un second plan.

Conclusion, un roman intéressant et plaisant à découvrir. Une manière efficace de nous montrer le monde des affaires.

« La vie est une suite de tentations. »

Publicités

8 réflexions sur “« Les désarrois de Ned Allen » (Douglas Kennedy)

  1. Catherine

    Je les ai presque tous lus et Ned Allen m’avait surprise justement parce que je ne suis pas fan du monde dans lequel il est situe mais je trouve que Douglas Kennedy y fait encore sa magie et nous fait tourner page apres page jusqu’a ce qu’on arrive a la fin. Comme tu le dis, on passe un bon moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s