« Impurs » (David Vann)

Été 1985. Dans la vieille demeure familiale, en plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen vit seul avec sa mère. Tandis que celle-ci s’attache à faire revivre un passé idéalisé et l’étouffe d’un amour oppressant, le jeune homme tente de trouver refuge dans la méditation. Son existence et celle de sa mère sont rythmées par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l’accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l’obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l’explosion. Une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire. 

couv59573743

Impurs se démarque sur plusieurs points des précedents romans de l’auteur. Alors qu’il nous avait habitué au froid glacial, Impurs nous transporte sous les grandes chaleurs californiennes. Aussi, la sexualité est un nouveau thème abordé ici par l’auteur alors que c’était complètement absent dans Sukkwan Island et Désolations. En revanche, nous retrouvons cet espèce de huis clos qu’il sait parfaitement maîtrisé puisque nous avons affaire qu’à une seule et même famille. Composée de Galen, vingt deux ans, de sa mère, de sa tante (soeur de sa mère), de sa cousine et de sa grand-mère. Aucun autre personnage entrant. Un autre point commun est la noirceur de ses romans, la tension est présente dès les premières pages et ne cesse de monter… On sait qu’il va se passer quelque chose de tragique mais on ignore quoi. On ignore qui. Et les raisons. Bienvenu dans le monde de David Vann.

Nous sommes en 1985. Galen, le personnage principal de l’histoire vit seul avec sa mère. On sent entre eux une atmosphère étrange. La relation mère/fils m’a d’ailleurs fait penser à celle de la série Bates Motel (pour ceux qui connaissent). Galen est un garçon solitaire étouffé par l’amour de sa mère. La tension monte peu à peu avec l’arrivée de la tante et de la cousine de Galen. Les conflits familiaux entre les deux soeurs s’accroient au fil des pages pendant que Galen fantasme sur le corps de sa cousine allumeuse. Le roman mélange la psychologie, les conflits familiaux et l’inceste.

Alors que le lecteur ressent le malaise dès les premières pages, l’auteur lui crée des personnages de plus en plus fous, des scènes de plus en plus terribles. Un roman noir encore une fois parfaitement maitrisé. Un style spécial et qui peut ne pas plaire à tout le monde. Ça démarre lentement, le roman vous happe et vous embarque plus loin, encore plus loin. De plus en plus saisissant. Avec David Vann, il règne toujours une atmosphère particulière et ses romans laissent une trace. Néanmoins, un peu déçue de la fin. J’aurais aimé savoir ce qui se passe « après ». J’ai tourné la dernière page du roman avec pleins de questions qui resteront sans réponses. Mais, le tout a été une très bonne lecture. J’ai une fois de plus beaucoup aimé lire David Vann et j’ai hâte de découvrir son prochain roman.

Publicités

6 réflexions sur “« Impurs » (David Vann)

  1. J’aime beaucoup David Vann, mais il faut parfois avoir le cœur bien accroché et être d’humeur… Un jour, je le serai à nouveau, mais j’avais eu du mal à me remettre de Sukkwan Island !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s