« Carrie » – Stephen King (1976)

couv25260691Carrie c’est tout d’abord le premier roman de Stephen King. Merci à la nouvelle adaptation qui sort très prochainement car elle m’a poussé à découvrir ce livre plus rapidement que je ne l’aurais probablement fait.

Carrie est  une jeune fille de dix-sept ans qui supporte les moqueries incessantes de ses camarades de classe et qui supporte également le fanatisme religieux de sa mère.  C’est avant tout l’histoire de la revanche d’une adolescente très différente. Le roman s’ouvre avec une des nombreuses persécutions, Carrie et d’autres filles prennent une douche dans les vestiaires du lycée quand Carrie a ses premières régles. N’ayant jamais entendu parler de cela par sa mère puisque cette dernière voit « le sang » comme un pêché, Carrie panique et pense avoir une hémorragie, ce qui amènera les moqueries de toutes les filles. C’est à ce moment que son pouvoir de télékinésie naitra le jour (Télékinésie ou capacité à faire bouger les choses par son esprit).

Nous retrouvons plusieurs thèmes dans ce livre comme les problèmes généralement connus de l’adolescence comme le mal être de soi, l’envie de s’intégrer et d’être apprécié. C’est ce qui fait que l’on s’attache à Carrie et que l’on se retrouve à avoir pitié pour elle. Nombreuses adolescentes pourraient se retrouver en elle.

Nous savons dès les premières pages comment va se finir l’histoire, ce qui va arriver puisque Stephen King place entre deux scènes des revues, des extraits d’articles de jounaux, des témoignages. Mais ce qu’il y a d’intéressant c’est de découvrir comment on va en arriver là.

Pour ce qui est des personnages, seuls Carrie et Tommy (son cavalier au bal) sont attachants, j’ai apprécié également le personnage de Sue qui, regrettant son comportement avec Carrie tente d’arranger les choses. Bien sur difficile de s’attacher aux autres camarades qui jusqu’au bout sont terribles, difficile également d’apprécier la mère de Carrie. Ce roman n’est pas du tout terrifiant et ceux ou celles qui ont peur d’être terrifiés avec un livre de Stephen King pourraient sans problème lire celui-ci puisque seule la mère fait « froid dans le dos » pourrions nous dire.

Ce fut une très bonne lecture qui se résume à la vengeance de Carrie (c’est d’ailleurs le nom de la nouvelle adaptation).  Une lecture très prenante et dont Stephen King sait bien tirer profit d’une fiction en mettant en avant des thèmes d’actualité. Une construction vivement intéressante et un final grandiose.

 

Publicités

8 réflexions sur “« Carrie » – Stephen King (1976)

  1. Ping : "Carrie" Stephen King | Suspends ton vol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s